Anacamptis palustris subsp. robusta (Stephenson) Bateman, Pridgeon & Chase

Orchis robuste des marais, Orchis méditerranéen des marais / / الحية و الميتة

UGS : 52486365373e Catégorie : Étiquette : Product ID: 1450
Source: Errol Véla

Description

test


Évaluateur(s)
Ben Haj Jilani I., Daoud-Bouattour A., Ghrabi-Gammar Z. & Véla E.

Partenaire(s)/Institution(s)
Faculté des Sciences de Tunis
Institut National Agronomique de Tunisie
AMAP, Université de Montpellier



Autorité
Ministère des Affaires Locales et de l’Environnement

Date : Octobre 2021

1. TAXONOMIE

Division Règne Phylum Classe Ordre Famille Genre
MonocotyledonaePlantaeTracheophytaLiliopsidaAsparagalesOrchidaceaeAnacamptis

Synonymes
Anacamptis palustris var. mediterranea (Guss.) R.M.Bateman, Pridgeon & M.W.Chase
Anacamptis robusta (T.Stephenson) R.M.Bateman
Herorchis robusta (T.Stephenson) D.Tyteca & E.Klein
Orchis laxiflora subsp. robusta (T.Stephenson) H.Sund.
Orchis palustris subsp. mediterranea (Guss.) Malag.
Orchis palustris var. mediterranea (Guss.) Schltr.in Keller & Schlechter
Orchis palustris var. robusta T.Stephenson
Orchis robusta (T.Stephenson) Gölz & Reinhard, Ber. Schweiz
Paludorchis robusta (T.Stephenson) P.Delforge


Sources taxonomiques
Cuénod, A., Pottier-Alapetite, G. & Labbe, A. 1954. Flore analytique et synoptique de Tunisie : Cryptogames vasculaires, Gymnospermes et Monocotylédones. Office de l’Expérimentation et de la Vulgarisation Agricoles de Tunisie. Imprimerie S.E.F.A.N., Tunis.

Dobignard, A. & Chatelain, C. 2010. Index synonymique la flore d'Afrique du Nord. Vol. 1, Pteridophyta, Gymnospermae, Monocotyledonae. Conservatoire et Jardin Botaniques, Genève, 455 p.

Le Floc’h, E., Boulos, L. & Véla, E. 2010. Catalogue synonymique commenté de la Flore de Tunisie, 2e édition. Banque de Gènes, Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, Tunis, 500 p.

Martin, R., Véla, E. & Ouni, R. 2015. Orchidées de Tunisie. Société Botanique du Centre-Ouest 44 : 1-158.

Notes taxonomiques
Nous nous conformons ici à la nomenclature et synonymie adoptées par Martin et al. (2015).

2. EVALUATION

Tunisie : RE

Justification de l’évaluation
Signalé autrefois aux environs de Bizerte et au Cap Bon (Bonnet & Barrate 1896 ; Cuénod et al. 1954), Anacamptis palustris subsp. robusta n’a plus été revu depuis 1957, et son habitat humide et marécageux a été complètement détruit suite à son drainage et sa transformation en terres agricoles (Martin et al. 2015). Anacamptis palustris subsp. robusta est par conséquent classé aujourd’hui “Eteint” au niveau régional (RE).

3. AIRE DE REPARTITION GEOGRAPHIQUE

Distribution
Nord-Est : Menzel Djemil, El Alia, Aïn Damous, nord-est de Bizerte, entre Zarzouna et Remel, Fondouk Djedid (éteint)
Cap Bon : El Haouaria, Mraïssa, Zaouiet el-Mgaïz (éteint)


Description
L’aire de répartition d'origine d’Anacamptis palustris subsp. robusta couvre l'une des plus petites zones de tout le genre. Sa faible occurrence à Majorque (Baléares) est fortement menacée et sa présence à El Koléa, petite région côtière de l'Algérie, n’a pas été enregistrée depuis 1976 (Martin et al. 2015, 2020 ; Board of Trustees 2021).Autrefois rare en Tunisie, Anacamptis palustris subsp. robusta a été signalé par Bonnet & Barrate (1896) sous le nom imprécis "Orchis palustris Jacq." au Nord-Est à Menzel Djemil, El Alia, et au Cap Bon à Zaouiet el-Mgaïz. Une douzaine d’échantillons d’herbier d’Anacamptis palustris (Jacq.) R.M.Bateman, Pridgeon & M.W.Chase, déposés au Muséum National d'Histoire Naturelle (RECOLNAT 07. 2021), ont été récoltés, entre 1883 et 1957, en plus des localités sus-citées, à Aïn Damous, nord-ouest de Bizerte, entre Zarzouna et Rimel (Nord-est) et El Haouaria (Cap Bon). Le plus ancien de ces échantillons est celui collecté à Zaouiet el-Mgaïz en 1883. Cuénod et al. (1954) l’ont cité au Nord-est de la Tunisie (Menzel Djemil, El Alia, Fondouk Djedid) et au Cap Bon (Mraïssa). Depuis, et dans toutes les localités historiques, son habitat a été détruit et transformé, après drainage, en terres agricoles, et le taxon n’a plus été revu dans aucune d’entre elles. En conséquence, Anacamptis palustris subsp. robusta est aujourd’hui considéré éteint au niveau régional.


4. POPULATION

La population tunisienne d’Anacamptis palustris subsp. robusta est aujourd’hui éteinte.

5. HABITAT ET ECOLOGIE

Systèmes
Terrestre/Eaux douces (=Eaux intérieures)

Types d’habitat
Zones humides (intérieures) : Tourbières, Marais, Marécages, Fagnes

Description
Géophyte tubéreuse, Anacamptis palustris subsp. robusta semble être limité aux marais proches des côtes. En Tunisie septentrionale (Nord-Est et Cap Bon), il pousse dans les lieux humides et marécageux, les prairies et broussailles détrempées à inondées. Il préfère les sols calcaires et a besoin de beaucoup de lumière (Martin et al. 2015 ; Board of Trustees 2021).Aujourd’hui, cet habitat a été complètement détruit suite à son drainage et sa transformation en terres agricoles causant l’extinction du taxon.

6. MENACES

Agriculture & Aquaculture : Cultures annuelles et pérennes non ligneuses ; Agriculture paysanne ; Elevage
Modifications des systèmes naturels : Barrages & gestion/utilisation de l'eau ; Prélèvement d'eau de surface (usage agricole)
Utilisation des ressources biologiques : Cueillette de plantes terrestres


Description
Les principales menaces qui ont pu participer à la disparition de l’Orchis robuste des marais, sont les modifications de l’hydrologie (drainage, remblaiement), l’extension des terres agricoles au détriment de son habitat naturel, et éventuellement la collecte de ses tubercules en vue de leur utilisation en médecine traditionnelle.

7. UTILISATION ET COMMERCE

En ethnobotanique, et dans les croyances populaires tunisiennes, le tubercule évidé est réputé avoir un effet anaphrodisiaque qui ne peut être levé que par la consommation du tubercule charnu (Boukef 1986 ; Ben Haj Jilani et al. 2011).

8. ACTIONS DE CONSERVATION

Actions de conservation en place
Aucune

Actions de conservation nécessaires
Gestion des terres/Eaux : Gestion du site/de la zone ; Restauration de l'habitat et des processus naturels

Recherches nécessaires
Planification de la conservation : Plan d'action/de rétablissement des espèces

Description
Le taxon a disparu au niveau régional et probablement de l’Algérie. Serait-il possible d’envisager un programme visant la restauration de son habitat dégradé et éventuellement la réintroduction de l’espèce à partir de diaspores (graines) ou de bulbes provenant de la population de Majorque (Baléares), bien que son occurrence soit fortement menacée ?

9. BIBLIOGRAPHIE

Ben Haj Jilani, I., Zouaghi, M. & Ghrabi, Z. 2011. Ethnobotanical Survey of medicinal plants in Northwest Tunisia. Curare, Journal of Medical Anthropology, 34 (1+2):63-78.

Bonnet, E. & Barratte, G. 1896. Exploration scientifique de la Tunisie. Catalogue raisonné des plantes vasculaires de la Tunisie. Imprimerie Nationale, Paris, 519 p.

Boukef, K. 1986. Médecine traditionnelle et pharmacopée : les plantes dans la médecine traditionnelle tunisienne. Agence de Coopération Culturelle et Technique, 350 p.

Cuénod, A., Pottier-Alapetite, G. & Labbe, A. 1954. Flore analytique et synoptique de Tunisie : Cryptogames vasculaires, Gymnospermes et Monocotylédones. Office de l’Expérimentation et de la Vulgarisation Agricoles de Tunisie. Imprimerie S.E.F.A.N., Tunis.

Martin, R., Véla, E. & Ouni, R. 2015. Orchidées de Tunisie. Société Botanique du Centre-Ouest 44 : 1-158.

Martin, R., Rebbas, K., Véla, E., Beghami Y., Bougaham, A.F., et al. 2020. Etude cartographique des orchidées de Kabylie, Numidie, Aurès (Algérie). Société Méditerranéenne d’Orchidologie hal-02483998.

RECOLNAT (ANR-11-INBS-0004). Available at: https://explore.recolnat.org. (Accessed: 18 July 2021)