Anacamptis morio subsp. longicornu (Poir.) H. Kretzschmar, Eccarius & H. Dietr.

Orchis longicorne, Orchis à long éperon / Long-spurred Orchid / الحية و الميتة

UGS : e5d786f66206 Catégorie : Étiquette : Product ID: 1449
Source: Errol Véla

Description

test


Évaluateur(s)
Ben Haj Jilani I., Daoud-Bouattour A., Ghrabi-Gammar Z. & Véla E.

Partenaire(s)/Institution(s)
Faculté des Sciences de Tunis
Institut National Agronomique de Tunisie
AMAP, Université de Montpellier



Autorité
Ministère des Affaires Locales et de l’Environnement

Date : Octobre 2021

1. TAXONOMIE

Division Règne Phylum Classe Ordre Famille Genre
MonocotyledonaePlantaeTracheophytaLiliopsidaAsparagalesOrchidaceaeAnacamptis

Synonymes
Anacamptis longicornu (Poir.) R.M. Bateman, Pridgeon & M.W.Chase
Herorchis longicornu (Poir.) D.Tyteca & E.Klein
Orchis longicornu Poir.
Orchis morio subsp. longicornu (Poir.) Kreutz


Sources taxonomiques
Cuénod, A., Pottier-Alapetite, G. & Labbe, A. 1954. Flore analytique et synoptique de Tunisie : Cryptogames vasculaires, Gymnospermes et Monocotylédones. Office de l’Expérimentation et de la Vulgarisation Agricoles de Tunisie. Imprimerie S.E.F.A.N., Tunis.

Dobignard, A. & Chatelain, C. 2010. Index synonymique la flore d'Afrique du Nord. Vol. 1, Pteridophyta, Gymnospermae, Monocotyledonae. Conservatoire et Jardin Botaniques, Genève, 455 p.

Kretzschmar, H., Eccarius, W. & Dietrich, H. 2007. Die Orchideengattungen Anacamptis, Orchis, Neotinea. EchinoMedia-Verlag, Bürgel.

Le Floc’h, E., Boulos, L. & Véla, E. 2010. Catalogue synonymique commenté de la Flore de Tunisie, 2e édition. Banque de Gènes, Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, Tunis, 500 p.

Martin, R., Véla, E. & Ouni, R. 2015. Orchidées de Tunisie. Société Botanique du Centre-Ouest 44 : 1-158.

Tela Botanica 2021. Bienvenue sur Tela Botanica, le réseau des botanistes francophones. https://www.tela-botanica.org. (Accessed: 11 July 2021)

Notes taxonomiques
Martin et al. (2015) rapportent qu’Anacamptis morio subsp. longicornu a toujours été traité au niveau spécifique. La présence de ce taxon en Tunisie a été mentionnée sous le nom d’Orchis longicornu par Letourneux (in Bonnet & Barratte 1896), Cuénod et al. (1954), Labbe (1954) et Vallès & Vallès-Lombard (1988). Plus récemment, Dobignard & Chatelain (2010), ainsi que Greuter & Domina (2015) l’ont retenu sous Anacamptis longicornu.Nous nous conformons ici à l’avis de Martin et al. (2015) qui traitent ce taxon au rang de sous-espèce, suivant en cela Kreztschmar et al. (2007).

2. EVALUATION

Tunisie : NT°: D1

Justification de l’évaluation
En tenant compte des données anciennes et récentes relatives à sa répartition, les zones d’occurrence (EOO) et d’occupation (AOO) en Tunisie d’Anacamptis morio subsp. longicornu, sont estimées respectivement à 8032 et 60 km2. Sa population (<1000 individus matures ; E. Véla & R. Martin, pers. data) est composée de 15 localités (dont seulement 10 confirmées récemment). La tendance de la population n’est pas connue mais bien que l’espèce ait toujours été signalée comme rare, le nombre de localités ne décroit pas dans le temps. Anacamptis morio subsp. longicornu est donc pré-évalué comme Vulnérable (VU) selon le critère D1. Mais étant donné l’abondance de l’espèce en Algérie, Sardaigne et Sicile (Kretzschmar et al. 2007 ; Martin et al. 2020), il est probable que la sous-population de la Kroumirie puisse se réalimenter par vent d’ouest ou nord-ouest, et de même que celle du Cap Bon puisse bénéficier de pluies de graines venant de Sicile par vent d’Est. Ainsi, l’espèce est déclassée d’une catégorie pour être réévaluée Presque Menacée (NT°) au niveau régional.

3. AIRE DE REPARTITION GEOGRAPHIQUE

Distribution
Kroumirie : Ghardimaou, Oued el Hajar
Cap Bon : El Haouaria, Jbel Korbous, Jbel Bou Krim, Zaouiet El Mgaiez, Dar Chichou, Menzel Bouzelfa, Dwala, Kef Errand
Dorsale tunisienne : Jbel Boukornine, Jbel Zaghouan


Description
Anacamptis morio subsp. longicornu a d’abord été signalé, dans la flore de Tunisie (Bonnet & Barratte 1896), en Kroumirie intérieure à basse altitude (Ghardimaou, Oued el Hadjar), puis au Cap Bon (El Haouaria, Jbel Korbous, J. Bou Krim), et sur la Dorsale tunisienne (J. Boukornine, J. Zaghouan) par Cuénod et al. (1954). D’autre part, suite aux prospections effectuées, durant plusieurs années (1996 à 2008), en Tunisie septentrionale jusqu’à la Dorsale tunisienne, Martin et al. (2015) ont pu identifier une seule sous-population localisée au Cap Bon, répartie sur 10 localités. Les auteurs soulignent que le taxon n’a pas été retrouvé dans les localités historiques citées par Cuénod et al. (1954), à cause de localisations imprécises. Il n’a pu être récemment ré-observé que sur le J. Zaghouan par Greuter & Domina (2015). Ainsi, et en tenant compte des données anciennes et récentes, l’Orchis longicorne est considéré présent dans 10 à 15 localités avec des zones d’occurrence (EOO) et d’occupation (AOO) estimées respectivement à 8032 et 60 km2.


4. POPULATION

Signalé ‘peu fréquent’ dans la flore de Tunisie (Cuénod et al. 1954), Anacamptis morio subsp. longicornu n’a pas été retrouvé lors des prospections effectuées par Martin et al. (2015) dans les localités historiques de Kroumirie (où elle doit cependant exister encore), mais l’a été dans celle du J. Zaghouan où le taxon a été relocalisé par Greuter & Domina (2015). La plus grande sous-population de l’Orchis longicorne demeure celle identifiée par Martin et al. (2015), qui est bien localisée au Cap Bon et répartie sur 10 localités, avec une mention de présence ‘rare’. Somme toute, la population actuelle est estimée inférieure à 1000 individus matures (E. Véla et R. Martin, pers. data), et sa tendance n'est pas connue.

5. HABITAT ET ECOLOGIE

Systèmes
Terrestre

Types d’habitat
Forêts : Forêt tempéréePrairies: Prairie tempérée

Description
Anacamptis morio subsp. longicornu est une cryptophyte qui pousse en pleine lumière, dans les pelouses, landes et bois clairs, sur sables et grès siliceux, de 30 à 670 m d’altitude

6. MENACES

Utilisation des ressources biologiques : Cueillette de plantes terrestres

Description
Le taxon est menacé par la collecte de ses tubercules en vue de leur utilisation en médecine traditionnelle. Cependant, il n’y a aucune information sur les menaces de l’habitat ou des populations.

7. UTILISATION ET COMMERCE

En ethnobotanique, et dans les croyances populaires tunisiennes, le tubercule évidé est réputé avoir un effet anaphrodisiaque qui ne peut être levé que par la consommation du tubercule charnu (Boukef 1986; Ben Haj Jilani et al. 2011).

8. ACTIONS DE CONSERVATION

Actions de conservation en place
Le taxon a été relevé sur les Jbels Boukornine et Zaghouan, qui sont des Parcs nationaux.

Actions de conservation nécessaires
Protection des terres/eaux : Protection Site/Zone
Gestion de l’espèce


Recherches nécessaires
Recherche : Actions de conservation ; Menaces
Suivi : Tendances de la population et de son habitat


Description
Il est nécessaire de développer un programme de suivi et de surveillance des sites existants et de leurs populations, de rechercher celles des localités historiques jusque-là non retrouvées, afin d’estimer leur taille et étudier leur dynamique, et de conduire des recherches pour identifier les menaces potentielles qui pourraient l’affecter.

9. BIBLIOGRAPHIE

Ben Haj Jilani, I., Zouaghi, M. & Ghrabi, Z. 2011. Ethnobotanical Survey of medicinal plants in Northwest Tunisia. Curare, Journal of Medical Anthropology 34 (1+2): 63-78.

Cuénod, A., Pottier-Alapetite, G. & Labbe, A. 1954. Flore analytique et synoptique de Tunisie : Cryptogames vasculaires, Gymnospermes et Monocotylédones. Office de l’Expérimentation et de la Vulgarisation Agricoles de Tunisie. Imprimerie S.E.F.A.N., Tunis.

Martin, R., Véla, E. & Ouni, R. 2015. Orchidées de Tunisie. Société Botanique du Centre-Ouest 44 : 1-158.

Martin, R., Rebbas, K., Véla, E., Beghami, Y., Bougaham, A.F., Rabah, B. et al. 2020. Etude cartographique des orchidées de Kabylie, Numidie, Aurès (Algérie). Société Méditerranéenne‬. Orchidologie, La Motte-d’Aigues (France).